7ème continent

 

C’est le nom du voilier « EXPÉDITION 7ÈME CONTINENT »

Il a pris la mer le 5 Mai 2014 pour analyser les eaux du globe et surtout pour rendre compte de la pollution humaine se retrouvant dans les océans, cette pollution en plastique principalement, est piégée par les effets de gyre qui est un gigantesque tourbillon d’eau océanique, ils sont au nombre de cinq dans nos océans et à chaque fois ce sont des km carré de détritus et déchets en tout genre qui si retrouve.

Notre planète est menacée en tout point du globe et c’est la mission du voilier « EXPÉDITION 7ÈME CONTINENT« .

Elle va mener cette étude de deux manières.

La première consiste à quantifier les macro-déchets plastiques que le bateau va croiser tout au long de son trajet vers le centre du gyre. Les macrodéchets sont les bouteilles en plastique, les morceaux de filets, les bouées de pêcheurs et tous les gros objets du genre que l’on peut rencontrer en mer.

Elle va donc, plusieurs heures par jour, observer le milieu environnant autour du bateau et compter ces macro-déchets.

SUIVEZ LE PARCOURS DE « L’EXPÉDITION » SOUS CE LIEN

 

Les océans sont remplis de déchets plastique

Ayons chacun un petit geste pour la planète, réduisons notre consommation de déchets plastique.
En choisissant la filtration écologique N4GS :

  1. Vous réduisez considérablement votre empreinte écologique
  2. Vous achetez et consommer en prenant conscience de l’urgence à réduire les pollutions plastiques.
  3. Vous ne prenez plus la voiture ou vous ne faîtes plus de détour pour aller chercher vos packs d’eau.
  4. Vous faîtes réellement des économies sur votre consommation d’eau
  5. Vous optez pour la santé de votre famille en consommant une bonne eau
  6. Avec une bonne eau vous réduisez vos produits ménagers toxiques et vos cosmétiques

Le plastique en mer, conséquences

Il est grand temps, de COMPRENDRE, d’EXPLIQUER et d’AGIR.

Un gigantesque continent de déchets provenant des activités humaines se forme dans le pacifique nord, sa taille est de 6 la France, c’est 1/3 de l’Europe.

Cette pollution, invisible depuis l’espace, se retrouve dans cinq grand bassins océaniques, au sein du Pacifique Nord, mais aussi du Pacifique Sud, de l’Atlantique Nord et Sud et de l’océan Indien. Si dans 20 ans rien n’est fait ce continent de détritus sera aussi grand que l’Europe, on peut deviner les conséquences.

En réalité, ce phénomène, qui effraye et fascine à la fois, ressemble plus à une « soupe de plastique » constituée de quelques macro déchets éparses, mais surtout d’une myriade de petits fragments.

L’image d’un continent sert à sensibiliser le grand public, mais ne rend pas compte de la réalité, explique François Galgani, océanographe et chercheur spécialiste des déchets à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Il s’agit plutôt d’une multitude de micro-plastiques, d’un diamètre inférieur à 5 mm, en suspension à la surface ou jusqu’à 30 mètres de profondeur, difficiles à voir de loin. Mais quand on puise dans l’eau, on en remonte une quantité impressionnante.

Aucun océan n’est préservé par la présence massive de plastiques qui véhiculent des perturbateurs endocriniens, métaux lourds et autres polluants, ils sont autant de pièges pour la biodiversité avec un impact sur la santé humaine.

UNE URGENCE PARTAGÉE, comprendre et réduire
la pollution plastique pour une planète préservée.